Missions

  • 15 à 30.000
    Unités de logement sont vides.
  • 10%
    Du parc de logements sociaux est vide faute de rénovation.
  • 1,5 millions
    Mètres carré de bureaux sont vacants.
  • 5.000
    Appartements sont vides au dessus des commerces.
  • 12 mois
    C'est la durée à partir de laquelle maintenir un bâtiment vide constitue une infraction pour le propriétaire.
Illustration Missions Communa

Des lieux hybrides et partagés

Complexes de bureaux, maisons de maître, zones industrielles, immeubles à appartements… Aucun type de bâtiment n’est épargné par la vacance immobilière. Ces espaces vides balafrent la ville et les conséquences sont néfastes pour l’ensemble de la collectivité. Coûteux pour leurs propriétaires, ces édifices délaissés abîment le paysage urbain, érodent le tissu social et déprécient la valeur du quartier. Cette tendance est d’autant plus problématique qu’elle s’inscrit dans un contexte de besoin criant d’espaces abordables tant dans le domaine du logement que dans le secteur associatif, entrepreneurial et artistique.

Pour pallier les conséquences négatives de la vacance immobilière, Communa réhabilite les espaces inutilisés en les mettant temporairement à disposition de projets citoyens qui y font fleurir des laboratoires de pratiques urbaines. Ces lieux hybrides partagés entremêlent culture et création, activités économiques innovantes, vie associative et habitat groupé. Tout en favorisant l’innovation et la mixité socio-culturelle, Communa endigue le phénomène de vacance immobilière à la source et la transforme en une opportunité de développement local.

Des espaces mixtes et abordables

À l’heure où l’obtention d’un bureau ou d’un atelier est subordonné à la rentabilité économique de l’activité, de plus en plus de personnes se voient privées d’accès à un espace de travail décent. Les projets d’économie sociale et solidaire, le secteur associatif et les artistes sont confrontés à de nombreux obstacles dans l’obtention de surfaces de travail, de salles de réunion ou d’ateliers de création : coûts de location de bureaux, pénurie d’espaces de création, contraintes liées au type de bâtiment…

Dans ce contexte, Communa régénère des surfaces inutilisées et y mixe les usages. L’occupation temporaire permet d’animer les lieux où elle prend place via l’ouverture d’ateliers et de galeries d’art, d’espaces de coworking, de restaurants éphémères, de cafés associatifs… Communa permet aux projets citoyens actifs dans la création artistique, l’économie sociale et solidaire et la vie associative de se déployer dans des espaces de travail flexibles et accessibles. Ces lieux hybrides ouverts sur le quartier sont vecteurs d’échanges interdisciplinaires et de synergies.

Accès à des logements décents et abordables

S’imposer sur le marché du logement est un parcours du combattant pour une frange toujours plus large de la population. Accroissement du prix des loyers, saturation des offres de logements sociaux et discriminations basées sur l’origine socio-culturelle ou sur la situation administrative, sans-abrisme… Alors que le droit au logement est garanti par la Constitution, l’accès à un habitat décent est loin d’être une réalité pour tou.te.s.

Face à l’aggravation de la crise du logement et aux défis liés à l’habitat conventionnel, les bâtiments vides s’avèrent être une ressource urbaine sous-estimée. Le modèle des usages transitoires d’espaces vacants a le potentiel d’offrir des espaces nettement plus abordables pour les occupant.e.s. Sans prétendre résoudre la problématique du manque de logements, Communa propose une solution transitoire, facilitant l’accès à l’habitat tant pour la réinsertion de personnes mal-logées que pour le développement d’habitats communautaires.

La valeur d'usage des aménagements transitoires

Dans le cadre de gros projets urbains, des plans d’aménagements permanents sont retenus en se basant exclusivement sur des considérations théoriques. En négligeant la phase test, il arrive que les objectifs n’aient pas été correctement identifiés et que le public visé se désintéresse de la dynamique mise en place, les plans élaborés n’étant pas véritablement en phase avec la réalité de terrain.

L’urbanisme transitoire offre une valeur d’usage aux espaces inutilisés : les aménagements temporaires se prêtent à l’expérimentation de modèles innovants, avant l’affectation définitive du bâtiment. Cette phase test permet au propriétaire d’anticiper les dynamiques pour enrichir son projet avant d’en figer les contours. Les mesures approuvées dans la phase transitoire peuvent alors être conservées et intégrées à l’aménagement permanent du site. Communa permet au propriétaire de s’impliquer dans un projet à impact sociétal positif et offre un nouvel outil aux aménageurs pour concevoir des projets de qualité, appuyés par les résultats des expériences pilotes réalisées au sein même des édifices en voie d’être transformés.

Les impacts sous-estimés de l'inoccupation

Marché public, attente de délivrance d’un permis d’urbanisme, succession, vente qui ne se concrétise pas, manque de moyen pour effectuer des rénovations… même les propriétaires les mieux intentionné.e.s font face à l’inoccupation de leurs biens.
De manière systématique, cette vacance a un coût : travaux d’entretien, sécurisation des accès, assurances, taxes communales et amende régionale sur l’inoccupation. Parallèlement, la gestion d’un bâtiment vide demande un temps considérable, entre le paiement des factures, le suivi administratif et les litiges avec le voisinage.

Pendant la période où le bâtiment demeure inoccupé, Communa prend les espaces en gestion. Par le déploiement d’usages transitoires, le bâtiment est entretenu, assuré et réaffecté à des fins culturelles et sociales, jusqu’à ce que le propriétaire reprenne en main la gestion effective des lieux.
Communa développe une méthode simple et flexible qui permet au propriétaire de compresser ses coûts et de se décharger du travail de gestion, alors que des projets à impact sociétal positif régénèrent les bâtiments.

Diagramme Communa
Top